177558344_reflet

Comment m’y prendre? Est-ce une bonne idée? Je pensais à le faire seul, car j’ai une connaissance qui m’a dit que je pourrais faire une meilleure affaire en négociant directement avec le vendeur sauf que d’autres amis m’ont prévenu, vu que je ne connaissais rien en immobilier, qu’un courtier m’éviterait de me mettre les pieds dans les plats… Qui dois-je écouter?

Un acheteur confus

Cher Acheteur confus, je comprends très bien que vous soyez perplexe et je suis heureux que vous me demandiez conseil. Ceci étant une excellente question à développement, permettez-moi alors de prendre mon trident, mon filet et d’enfiler mon casque de gladiateur pour mieux sauter dans l’arène et m’attaquer au sujet pour vous.

Voici quelques conseils pour sélectionner un courtier qui vous aidera dans vos démarches :

Commencez par choisir un courtier qui œuvre dans le secteur qui vous intéresse. Jaugez de son expertise par le biais de son site internet ou de références reçues et puis appelez-le pour mieux vous faire une idée relativement à sa manière de travailler. Une fois rassuré quant à votre compatibilité, dites-vous que vous aurez gagné là un allié de taille, car il travaillera dans le but de protéger vos intérêts et qu’il mettra ses connaissances à votre service. Il connait une multitude d’informations pertinentes auxquelles vous n’auriez pas accès seul. Entre autres, les prix de vente des propriétés dudit secteur et ce, non seulement à l’heure actuelle, mais aussi en fonction de leur progression sur une plus longue période et il pourra vous expliquer les facteurs influençant les variations de prix d’une rue à l’autre, d’un secteur à l’autre et qui ne sont pas nécessairement visibles à l’œil nu.

Votre courtier travaille en collaboration avec les quinze mille autres courtiers œuvrant au Québec. Vous accéderez automatiquement par son intermédiaire aux propriétés inscrites par ces derniers, et ce sans avoir à prendre le téléphone à toutes les fois que votre curiosité est piquée par un condo ou autres, pour vous entretenir avec tous les courtiers concernés auxquels vous devrez répéter votre histoire. Voyez votre courtier comme une centrale d’information unique.

Votre courtier vous accompagne, il vous conseille et il s’assure que vous êtes protégé lors de toutes les étapes de la transaction : lors des recherches, prise de rendez-vous pour les visites, rédaction de la promesse d’achat, négociations, accompagnement et suivi pour la résolution de chaque clause, présent lors de l’inspection en bâtiment, négociations additionnelles, références multiples de professionnels requis, accompagnement lors de la signature, suivi et références additionnelles dans le futur.

La plupart des courtiers œuvrant au sein des grandes bannières de courtage immobilier au Québec offrent des protections à leurs clients vendeurs et acheteurs. Ceci est un service additionnel dont les coûts sont absorbés par ceux-ci. Je vous invite à faire le tour des bannières et à prendre connaissance des particularités propres à chacune.Vous pourrez prendre connaissance des trois protections offertes par Via Capitale et que j’offre gracieusement à tous nos clients, en cliquant sur ce lien.

Pour tous les services que vous obtiendrez, vous n’aurez pas à débourser le moindre sou, car la rétribution de votre courtier est assumée par le vendeur et négociée avec son courtier. Malgré la croyance populaire, n’allez surtout pas croire que vous ferez le « deal » du siècle et que vous négocierez au minimum l’équivalent de la rétribution de votre courtier en faisant directement affaire avec le vendeur. Comme l’annoncent fièrement les vendeurs sur les sites de vente sans intermédiaires, ils ont tous économisédes sommes considérables en vendant sans courtier : 10, 20 et même plus de 40 000 $ en vendant par eux-mêmes, car ils n’ont pas eu à payer de rétribution à un courtier.

Alors, cher Acheteur confus, je vous invite à faire le calcul suivant :

Si vous n’obtenez pas de rabais substantiel sur le prix d’achat comparativement aux autres propriétés du secteur mises en marché par des courtiers; si vous n’avez pas l’aide et les protections que vous offre un courtier immobilier, qui est redevable éthiquement et professionnellement à l’OACIQ (Organisme d’Autorèglementation du Courtage Immobilier du Québec dont la principale fonction est la protection du public); si le vendeur clame haut et fort s’être mis en poche un extra de 20 000 $… Alors, selon vous, qui se fait rouler dans l’équation en payant ledit extra, tout en faisant tout le boulot, sans protections et sans savoir si légalement tout est en règle?

Comme le dit si bien le dicton en vogue ces jours-ci dans les cercles de courtage immobilier : « s’il n’y a pas de rétribution, c’est que vous n’avez pas de protection… »

Je ne veux pas jouer les épouvantails, mais sincèrement, j’ai rencontré plusieurs propriétaires qui avaient acheté au préalable leur condo, leur maison, directement d’un vendeur et qui sont tombés des nues lorsqu’ils ont appris qu’ils avaient été induits en erreur lors de l’achat par ce dernier. J’ai dû, hélas, leur annoncer que leur deal du siècle n’était plus qu’un pétard mouillé et qu’un recours aux tribunaux serait désormais leur seule option afin d’obtenir réparation.

Pourtant, ils auraient pu découvrir le pot aux roses s’ils avaient fait confiance à un professionnel qui sur le champ aurait souligné les « oublis » du vendeur et leurs impacts lors d’une revente future. Dites-vous bien que le courtier inscripteur (celui qui est responsable de la mise en marché d’une propriété, celui avec qui le vendeur signe le contrat de courtage) est responsable de toute information fournie à votre courtier, car il a le devoir d’en vérifier au préalable la véracité et la conformité. Dans le cas d’une erreur de sa part, il demeure redevable aux clients acheteur et vendeur. Grâce à l’assurance responsabilité, à laquelle il souscrit obligatoirement, vous êtes protégé de ce côté-là aussi.

Tandis qu’en négociant directement avec le vendeur, vous êtes responsable de faire toutes les vérifications d’usage et s’il advenait un pépin par la suite, vous devrez prouver devant un juge que vous avez pris toutes les mesures nécessaires afin de vous protéger adéquatement lors de l’achat. Ce qui ne sera pas simple à faire si vous avez procédé en solo tout au long du processus…

Donc, j’espère avoir répondu à votre questionnement de façon à vous aider dans votre réflexion. Ce n’est pas que faire un achat soit compliqué en soi. À titre d’exemple, tout le monde peut acheter un lave-vaisselle chez un détaillant. Ce dernier vous offre une garantie que vous ne prenez pas et puis, dans l’éventualité où il se brise au bout de quatre ans, vous vous direz : « ouais… avoir su, j’aurais du la prendre ». Résigné, vous retournerez chez le détaillant et vous en achèterez un autre (vous ne prendrez toujours pas la garantie…) et votre gaffe vous aura coûté tout au plus 600 $. Entre vous et moi, ce n’est pas la fin du monde…

Maintenant, dans le cas de votre achat immobilier, quand vous savez que la garantie ne vous coûte rien, qu’elle vous protège lors de la transaction et qu’elle vous assurera de dormir tranquille tant que vous serez propriétaire, qui serait assez fou pour dire : « non merci… » Vous?

Votre courtier immobilier est une police d’assurance pour conserver votre paix d’esprit… Pourquoi vous en priver?

À propos de l'auteur
2 articles à son actif

Administrateur ID-3

ID-3 Technologies inc. est une entreprise québécoise qui oeuvre depuis 2001 dans le domaine des technologies de l’information et du développement Web. L’entreprise a pris depuis 2009 un virage important vers l’univers des médias sociaux qui représente avec le Web 2.0 une révolution aussi importante que l’avènement d’Internet. Son équipe dynamique a développé une expertise lui permettant d’offrir à sa clientèle des solutions intégrées de présence et de promotion numérique, de solutions de gestion sur mesure et de commerce électronique à travers Internet.

180 queries in 0,941 seconds.
À propos de ce site
Outils