Ripe lemons

Ripe lemons

Bon! Vous avez sélectionné un premier candidat qui vous en a jeté plein la vue quant à sa connaissance du marché immobilier de votre secteur. Vous avez une première étape de franchie dans votre quête pour trouver votre courtier immobilier.

Vous avez choisi l’individu le plus connaissant, mais une fois assis tranquillement au salon, un verre de rouge à la main, vous repassez en revue le déroulement de l’entretien et là, un doute vous assaille. Un frisson vous parcourt le corps à penser que vous ferez affaires avec ce courtier durant les six prochains mois. Durée minimale du mandat, selon moi, afin de lui laisser le temps nécessaire pour faire un bon boulot. Ce qui peut vous laisser de glace si tout au long de l’entrevue vous avez subi le rouleau compresseur du vendeur déterminé, subi son énergie dominante, tout comme son manque d’écoute et l’absence de chimie entre vous.

Si vous ne vous êtes pas senti hyper confortable, mais que pour vous « Business is Business » le reste de ce paragraphe aura peu d’importance, car vous avez déjà choisi le candidat idéal. Cependant, si vous êtes du genre à privilégier une relation humaine basée sur l’écoute et la confiance, il vous serait sans doute préférable de choisir un candidat moins stellaire, mais qui tout en étant professionnel et expérimenté vous ressemblera et dont la démarche sera plus en accord avec vos affinités et vos attentes personnelles.

Dites-vous bien qu’une fois votre contrat de courtage signé, vous passerez le reste du mandat lié à votre premier choix et que peut-être votre deuxième candidat qui au lieu de tout connaître de votre marché compensait par une personnalité lumineuse et professionnelle serait en fin de compte la personne idéale pour vous.

Pour l’avoir vécu personnellement et avoir obtenu la confiance du client à la suite de ce test, je vous invite à faire un essai de route avec le courtier avec lequel vous envisagez faire affaires. La meilleure façon de vérifier la méthode opérationnelle d’un courtier est encore d’expérimenter, en première ligne, le service qu’il offre aux acheteurs potentiels intéressés par les propriétés dont il a le mandat de vente actuellement. Effectuez un petit appel et faites une demande d’information concernant la propriété « ABC ». Dès lors, vous serez en mesure de vérifier la rapidité avec laquelle lui ou un des membres de son équipe retourne votre appel et sa disposition à répondre à vos questions puis de vous offrir de visiter les lieux. Déjà là, vous pourrez reconnaître ou non la qualité du service qu’il offre aux acheteurs .

Mon conseil? Toutes les grandes bannières se ressemblant, malgré le fait que plusieurs vous diront des formules prémâchées à la « Mon père est plus fort que le sien », vous devrez vous concentrer sur le courtier même. Élément le plus important : vous inspire-t-il confiance? Suivi de : vous voyez-vous interagir avec ce dernier sur une longue période de temps?  Vous offre-t-il une panoplie de services qui vous semblent adéquats? A-t-il une feuille de route qui vous semble pertinente? Son expertise professionnelle déclarée est-elle crédible et vérifiable? Peut-il justifier sa rétribution par son expertise et sa détermination face à la vente de votre propriété?

Encore une fois, il n’y a pas de réponse unique, car les variables sont infinies, mais si vous vous fiez à votre instinct et à la pertinence de la présentation du courtier, vous n’aurez pas nécessairement choisi la superbe Mercedes, mais dites-vous bien que vous serez en mesure de départager le clinquant des faits quantifiables et vous aurez surtout reconnu le rutilant citron que vous prendrez soin de laisser chez le concessionnaire.

À propos de l'auteur
15 articles à son actif

Pierre Noël

180 queries in 0,799 seconds.
À propos de ce site
Outils